C’est quoi le « régime Seignalet » ?

Novice, débutant ou simplement curieux d’en savoir plus sur le régime Seignalet ? Restez là, cet article est fait pour vous ! 🙂

Vous trouverez ici tout ce que vous avez besoin de savoir, que vous soyez juste curieux ou que vous soyez motivés pour commencer ce nouveau mode alimentaire !

Règles de base, bénéfices et résultats… je réponds ici aux questions les plus courantes:

  • En quoi consiste le régime Seignalet ? D’où vient il ? Quelle est son utilité ?
  • Quelles sont les règles de base à connaitre pour commencer ? Les aliments interdits ? Les aliments permis ? Quelles sont les erreurs à ne pas faire ? 
  • Quels sont les effets du régime sur ma santé ? sur ma maladie ? 
  • Combien de temps faut il pour que le régime fasse effet ? 
  • Peut-on trouver des témoignages de personnes ayant suivi le régime et des résultats qui ont été obtenus ? 

Je m’engage ici à vous permettre d’avoir toutes les cartes en main pour commencer un changement alimentaire en toute sérénité.

Tout d’abord, qu’est ce que le « régime Seignalet » ?

Un mode alimentaire visant à limiter la porosité intestinale 

Communément appelé régime seignalet, hypotoxique ou paléo, ce terme fait cependant plutôt référence à un mode alimentaire. Il a été mis en place dans les années 80 par un célèbre médecin, le Dr Seignalet, dont il porte le nom. Ce mode alimentaire consiste principalement à la consommation d’aliments respectueux de l’intestin et donc à la suppression des aliments responsables de la porosité intestinale (céréales, produits laitiers…)

Une méthode aux résultats prouvés et durables

C’est dans le cadre d’une étude clinique effectuée sur 2500 patients atteints de 120 pathologies différentes, que le Dr Seignalet prouve l’efficacité de ce mode alimentaire. Après avoir fait suivre ce régime alimentaire à ces patients pendant 18 mois, il note des résultats plus que positifs sur 90 des 120 maladies observées.

En effet, en plus d’améliorer considérablement l’état de santé global de ces patients, ce régime permet à environ 80% d’entre eux d’entrer en phase de rémission (=disparition de l’ensemble des symptômes associés à leur maladie). C’est grâce à cette étude que Jean Seignalet tire la conclusion qu’un certain nombre de maladies chroniques et auto-immunes sont du à une porosité de l’intestin.

Si vous souhaitez savoir quels sont les taux de réussite du régime pour votre pathologie, vous trouverez ici les tableaux des résultats obtenus par le Dr Seignalet.

Un mode alimentaire à considérer comme une nouvelle hygiène de vie

Il est important de préciser que ce mode alimentaire apporte des résultats assez incroyables uniquement s’il est suivi de manière stricte (sans écarts) et sur le long terme. Les résultats peuvent aller jusqu’à la mise en rémission de la pathologie concernée. On parle bien de rémission (= arrêt des symptômes) et non de guérison (=disparition de la maladie). Ce n’est donc pas un régime temporaire mais une nouvelle hygiène de vie qui permettra une amélioration considérable de votre état de santé, tant que le régime est suivi !

jean-seignalet

Les grands principes du régime Seignalet

Les 3 règles de base de ce mode alimentaire sont

  1. Supprimer complètement les produits laitiers et les céréales mutées
  2. Favoriser les aliments crus et les cuissons douces
  3. Remplacer certains aliments nocifs par des alternatives plus respectueuses

Vous pouvez voir ces 3 règles comme 3 étapes de votre transition alimentaire. Pour ma part, j’ai commencé par supprimer les céréales et produits laitiers, puis 3 mois plus tard j’ai supprimé les fortes cuissons et commencé à augmenter petit à petit ma consommation de cru. Une fois les deux premières étapes réussis, et au vu de résultats encourageants, je vais maintenant plus loin en m’assurant que chaque aliment et produit utilisé est positif et respectueux de mon organisme et que je n’absorbe plus aucune substance qui puisse nuire à la mise en rémission de ma fibromyalgie.

1. Supprimer complètement les produits laitiers et des céréales mutées

Ceci est l’aspect le plus important du régime :

Vous devrez procéder méticuleusement à l’élimination de ces deux catégories d’aliments :

  • Les produits laitiers: tous les produits issus de lait animal tels que le lait, le fromage, le beurre, les yaourts, les crèmes et les glaces
  • Les céréales mutées:  blé, maïs, seigle, avoine, orge, kamut, épeautre, petit épeautre, millet… (donc également le gluten) -> La consommation de bière est donc également interdite. 

Dans quel but ? Le but premier de ce régime est de restaurer la barrière intestinale, devenu poreuse. Ces aliments (céréales mutées + lait) sont à l’origine de l’imperméabilité de la barrière intestinale, ils doivent donc être éliminés. C’est cette porosité qui serait à l’origine de nombreuses maladies chroniques dont la fibromyalgie.

Comment les supprimer ?

  • 1ère règle : la suppression doit être totale, c’est à dire que tout ce qui va être mangé doit être préalablement scrupuleusement analysé. Il est donc important d’inspecter avec attention les étiquettes de chaque produit consommé. Vous êtes chanceux: d’abord parce qu’en faisant ça vous remarquerez que vous n’êtes pas le seul ! De plus en plus de personnes sont sensibles aux étiquettes et font leurs petites investigations  en magasin sans problème. De plus, depuis peu les allergènes doivent être indiqués en gras sur les emballages, ce qui vous facilitera la tâche !
  • 2ème règle : la suppression de ces aliments doit être constante. C’est à dire que les écarts ne feront que retarder la mise en rémission de votre pathologie. En effet, le Dr Seignalet considère que le régime suivi à 100% entrainera une amélioration de votre condition de 90%, alors que le respect du régime à 90% (petits écarts très peu fréquents) ne permettra une amélioration que de l’ordre de 50%. C’est à vous de jouer !

Comment les remplacer simplement ? 

Plutôt que de se concentrer sur ce que l’on n’a pas le droit de consommer, essayons de nous concentrer sur ce que nous pouvons consommer ! 🙂

Il existe en effet un grand nombre d’alternatives possibles, il suffit juste de les connaitre !

Pour les céréales, vous pourrez les remplacer par le sarrasin, le quinoa et le riz. Pour les accros aux pâtes, vous trouverez en magasin des alternatives à base de ces trois aliments ! Il vous sera aussi possible de réaliser votre propre pain sans gluten maison, ou bien vos gâteaux à base de farine dont vous ne connaissiez surement même pas l’existence avant: châtaigne, de pois chiche, de noix de coco…  Quant à la bière, sait-on jamais ! vous pouvez peut-être dégoter quelque part une petite bière bio sans céréales  ni levure à base de quinoa 😉 

Concernant les produits laitiers, pas de panique il y a plein d’alternatives sympas 🙂 En effet, on trouve de plus en plus de produits à base de lait végétal tels que:

  • les laits végétaux: d’amande, de coco, de noisettes/châtaignes, de soja ou de riz
  • les yaourts au lait végétal: au lait de coco, au lait d’amandes, au soja
  • les fromages végétaux, appelés également « faux-mage »: fromage de type boursin à base de soja fermenté ou encore yaourt de noix de cajou pouvant être acheté en magasin bio ou fait à la maison à l’aide d’un blender
  • crème végétale pour cuisiner: soja, riz, coco

Attention aux faux amis:

Bon à savoir : Les aliments « sans » (sans lactose, sans gluten) ne sont pas forcément vos amis.

Attention aux aliments « sans-gluten » car cela n’est pas pour autant qu’il ne contient pas les céréales mutées interdites. En effet, je préfère vous prévenir maintenant 😉 une grande majorité des produits « sans gluten » contiennent du maïs, donc il ne seront pas pour vous ! Cependant si vous cherchez bien il est possible de trouver des pains ou pâtes sans gluten a base de riz, de sarrasin ou de quinoa 🙂 Il en va de même pour les flocons d’avoine sans gluten, les fameux granola sans gluten, .. faites attention de checker les composants !

Quant aux aliments « sans-lactose », j’ai appris qu’ils peuvent contenir de la caséine. Cette caséine est la protéine de lait qu’il ne faut pas consommer. Pour être sur qu’un aliment ne comporte pas de lait animal, je vous conseille de regarder la liste des composants ou (plus simple) vous assurer qu’il faut qu’il porte la mention « végétalien » ou « vegan » (et non végétarien attention)

Concernant les traces…

Pour ma part, je supporte les aliments contenant des « traces de gluten » ou « traces de lait », c’est à dire les aliments qui sont produits dans des usines dans lesquelles ils sont en possible contact avec du gluten ou du lait animal. Je ne ressens aucun effet particulier à la consommation de ces aliments, comme un certain nombre de malades. Cependant, les produits avec possible traces de gluten ne doivent pas être consommés par les personnes atteintes de la maladie coeliaque.

Cela démontre bien que nous avons tous des sensibilités différentes, c’est donc à vous de savoir ce que votre corps est capable de supporter ou pas !

Pour les boissons / alcools 

La consommation de sucre raffiné étant fortement déconseillée, les sodas et tout autre besoin sucrées ne sont pas autorisées. Pareil pour les jus de fruits industriels qui sont loin d’être sains et contiennent beaucoup de sucre et de conversateurs. Vous pouvez cependant consommer des smoothies et des jus pressées à froid (fait à l’extracteur de jus ou la centrifugeuse)

Concernant la consommation d’alcool, elle doit se faire avec modération. Les alcools les moins nocifs sont les vins bio (rouge de préférence) et avec le moins de sulfites possibles. Les alcools fort sont à éviter. La bière est à proscrire totalement.

 

2. Favoriser les aliments crus et les cuissons douces 

Favoriser les aliments crus: Le deuxième principe de base de cette alimentation est de privilégier les aliments crus et bruts (non transformés). Le cru devra prendre une place importante dans votre alimentation. Plus vous mangez cru, plus vos cellules se régénèrent, et plus votre corps est capable de se régénérer et de guérir. Les crudités, salades, tartares, fruits et jus verts deviendront vos meilleurs amis.

Introduire le cru petit à petit dans votre alimentation: Attention par contre, surtout pour les intestins fragiles, à ne pas introduire trop rapidement trop de cru car votre corps pourrait ne pas le supporter. Le cru doit être introduit petit à petit au sein de l’alimentation pour permettre au corps de suivre la transition et d’y répondre positivement. Commencez avec un peu de cru avant chaque repas, puis augmentez votre part de cru jusqu’à ce qu’elle atteigne le niveau optimal = le niveau auquel vous vous sentez le mieux ! Pour moi il se situe autour de 70%, pour le moment.

Respectez des cuissons douces pour préserver les aliments: Si vous souhaitez cuire vos aliments, les cuissons à très basses températures sont recommandées.

  • La cuisson vapeur est à favoriser car c’est la plus douce et respectueuse en terme de préservation des aliments (nutriments, vitamines).
  • J’adore aussi la cuisson au wok qui consiste à faire sauter les ingrédients dans la poêle et les garder croquants.
  • Autre possibilité ? Les cuissons de viande mijotés type boeuf bourguignon, currys et autre. Le fait de faire cuire la viande dans l’eau permet de maintenir une température de cuisson correcte.
  • Les légumes peuvent bien entendus être cuits à la casserole dans de l’eau si besoin. Cependant sachez qu’une grande partie des nutriments et vitamines se retrouveront dans l’eau après cuisson et non plus dans les légumes !

Dans tous les cas, les aliments ne doivent pas être cuits à plus de 110ºCsurtout pour les viandes qui contiennent une quantité importante de toxines lorsqu’elles sont cuites. La coloration marron-noir de la viande ou des légumes est donc à éviter.

Les fritures, barbecues et tout autre type de cuissons à très haute température sont à proscrire.

Il convient d’écouter son corps et faire les ajustements nécessaires:

Vous noterez que dans certaines de mes recettes (de gâteaux notamment) j’utilise des cuissons au four avoisinants les 140ºC. C’est quelque chose que je m’autorise une fois de temps en temps (1/mois environ) parce que mon corps le supporte mais ce n’est pas le cas de tout le monde.  En général, après « un écart » comme celui-ci je vais faire attention à privilégier une alimentation cru et alcaline (principalement composée de fruits et légumes) pendant plusieurs jours. C’est donc à vous de faire le test, d’écouter votre corps et de savoir ce qui vous convient.

3. Remplacer certains aliments nocifs par des alternatives plus respectueuses de l’organisme

  • remplacer le sucre blanc (raffiné) par du sucre complet (de canne)
  • pareil pour le sel qui est à remplacer par du sel non raffiné
  • privilégier les aliments biologiques qui contiennent moins de toxines et pesticides

Les aliments qui font du bien

Voici une liste d’aliments à consommer sans modération:

  • les jus de légumes verts (encore mieux s’ils sont fait à l’extracteur de jus, dépourvu de leurs fibres leur digestion est facilitée)
  • les poissons gras (saumon, maquereau, sardines) qui contiennent des OMEGA 3 nécessaires au bon fonctionnement du système nerveux
  • les fruits et légumes crus de toute sortes
  • les huiles vierges pressées à froid (olive, bourrache, noix)

 

Bon ok je sais que comme ça, ça peut paraitre insurmontable ! C’est aussi ce que je me suis dis au début, avant d’essayer et d’être totalement convaincu par les résultats !

Je n’ai qu’une chose à vous conseiller: « ESSAYEZ ! ». Vous n’avez rien à perdre ou plutôt tout à gagner ! Les résultats sont plutôt dingues et vous remarquerez jour après jour que cette alimentation est non seulement bénéfique pour votre santé, mais qu’il n’y a simplement rien de plus sain pour vous. Au delà de soulager vos symptômes et calmer vos douleurs, cette alimentation a un impact réel sur votre bien être, votre psychisme, votre énergie, votre estime de vous, votre motivation et tout ce qui s’en suit !

Elle fera de vous une meilleure personne, qui mange avec conscience, respecte son corps et prend aussi soin de son esprit. Mais elle vous débarrassera surtout de vos symptômes ! 

Une évolution des bienfaits sur 18 mois ou plus

La plupart des malades annoncent des premiers bienfaits au bout de 3 semaines-1 mois de régime. C’est généralement au bout de 3 mois que les effets positifs ressentis sont les plus intéressants (diminution des douleurs, meilleur sommeil, meilleure humeur, énergie…). Le docteur Seignalet a mené son étude sur 18 mois de régime pour mesurer de vrais bienfaits.

Pour ma part, dès la première semaine, j’ai ressenti des effets positifs tels qu’un meilleur sommeil et une bien meilleure humeur. Au bout de 3 semaines, fini l’angoisse, l’hypersensibilité et les vertiges. Au bout de 6 semaines, la moitié de mes symptômes avaient disparus dont tous les symptômes liés à la digestion, et mes douleurs énormément diminuées. Aujourd’hui, 5 mois après le début du régime, je revis (et je pèse mes mots) et pour rien au monde j’arrêtais cette nouvelle hygiène alimentaire !

Comment commencer ?

C’est le forum L’Appart des Spasmos qui m’a permis de découvrir l’alimentation Seignalet et qui m’a convaincu de commencer. J’y ai trouvé une communauté respectueuse et à l’écoute qui échange conseils, expériences et témoignages poignants de rémission. Vous trouverez sur ce forum, des personnes atteintes d’un grand nombre de maladies chroniques différentes. C’est donc pratique pour trouver des témoignages spécifiques à votre pathologie et des témoignages qui vous donneront le courage de vous lancer.

La deuxième étape a été l’achat du livre de Jacqueline Lagacé, « Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation ». Ce livre est très facile à lire et reprend de manière très synthétique les préconisations du Dr Seignalet. Je le conseille à tous ceux qui souhaitent commencer rapidement ! Il est certes moins complet que le livre du Dr Seignalet lui même « L’alimentation ou la troisième médecine » mais c’est un très bon début 🙂

image1-3.JPG

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. johanna dit :

    Les bases sont bien établies et tu ne joues pas la donneuse de leçons, merci 😉 Je suis d’accord sur le fait que nous sommes tous différents et que notre organisme ne réagira pas de la même façon aux aliments. Il faut d’abord atteindre une éviction complète (qui prend du temps et nécessite à mon sens des paliers pour ne pas décourager) puis si l’on en ressent le désir, réintroduire des aliments 1 par 1 en écoutant les réactions de son corps.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s