Mon expérience du cru, 18 mois plus tard

Durant cette dernière année à la quête de ma santé, il y a un principe que j’ai essayé d’appliquer et qui m’a bien aidé : manger plus de cru !

Ça n’a pas du vous échapper, manger cru est devenu un vrai sujet. Sur internet comme dans les magazines, l’engouement pour l’alimentation vivante est mondial ! Elle conquit les vedettes hollywoodiennes, les restaurants, et on trouve même aujourd’hui des centres spécialisés dans l’alimentation vivante… Sous cette tendance aux allures d’effet de mode, il faut comprendre que la plupart des gens s’orientent vers l’alimentation crue pour des problèmes de santé.

Il est important de préciser que le terme « alimentation vivante » comprend uniquement une nourriture vivante 100 % naturelle : graines germéesfruits et légumes crus fraîchement cueillis, graines et oléagineux pré-germés, algues alimentaires… en somme, des aliments les plus bruts possible (ni cuit, ni transformé)

Il n’est donc pas question ici de manger des produits animaux crus ou vivants ! haha Carnivore, trace ta route ! 😉

POURQUOI MANGER PLUS DE CRU ?

  1. UNE PLUS GRANDE ÉNERGIE, VITALITÉ tout au long de la journée 

La cuisson détruit une partie des nutriments (vitamines, minéraux) présents dans l’aliment. Quand on mange cuit, l’organisme a donc besoin de beaucoup plus de nourriture pour absorber la même quantité de nutriments. Ainsi, manger cru permet de tirer le meilleur des aliments que l’on consomme, en mangeant moins ! Pour la même quantité de nourriture, on a plus de nutriments et donc une plus grande énergie et vitalité !

Les aliments crus vous transmettent leur force énergétique. Cette plus grande vitalité passe également par la réduction des coups de pompe post-repas et ainsi une réduction de votre consommation de stimulant (café, alcool,…).

2. UNE MEILLEURE SANTÉ et un meilleur système immunitaire 

La cuisson détruit une partie des enzymes présentes dans l’aliment. La digestion d’aliments cuits requiert donc l’utilisation de nos propres enzymes. Pendant que ces enzymes nous aident à digérer, elles ne peuvent pas s’adonner à leur première tâche : la réparation du corps. L’alimentation moderne peut donc entrainer un manque d’enzymes ayant un lien direct avec plusieurs pathologies tels que : le diabète, les maladies cardiovasculaires, la fatigue chronique, l’arthrite, les allergies, l’obésité ou la fibromyalgie. 

En effet, les enzymes sont comme une petite armée qui dirige la digestion, la désintoxication, le système immunitaire, la circulation sanguine, le nettoyage et la réparation du corps et le protège ainsi des maladies… En nombre insuffisant, elles ne peuvent pas réaliser leur travail de manière optimale.   

Ainsi, l’alimentation vivante économise des enzymes et a de nombreuses vertus telles que la réduction du taux de cholestérol et du risque de maladies cardio-vasculaires, la disparition des allergies. Elle permet également de combattre les infections et de réduire les migraines. En vous désintoxiquant naturellement et éliminant les déchets accumulés dans l’organisme, elle permet de guérir un grand nombre d’affections.

L’alimentation cru vous conduira donc a une amélioration de votre état général, et vous permettra ainsi de conserver la santé ou de la retrouver.

3. MEILLEURE MÉMOIRE ET CONCENTRATION

L’alimentation vivante apporte à votre organisme les apports nécessaires à son fonctionnement optimal. Ainsi votre mémoire, votre concentration et votre clarté d’esprit s’en verront grandement amélioré.

4. RETARDER LE VIELLISSEMENT

Les antioxydants présents dans les aliments vivants permettent de lutter contre les radicaux libres et ainsi de prévenir le vieillissement cellulaire.

5. AMÉLIORER LES PROBLÈMES DE DIGESTION

L’alimentation vivante permet une meilleure digestion, en calmant les brulures d’estomac, améliorant le transit et réglant ainsi les problèmes de constipation et de ballonnement.

6. RESPLENDIR DE SANTÉ ET AMÉLIORER L’HUMEUR

Manger cru a également un effet sur l’état général du corps (peau, cheveux, ongles). Le visage et le corps sont plus fermes, les cheveux et les ongles plus solides et plein d’éclat.

Concernant l’humeur, manger vivant permet une réduction du stress et de l’anxiété. Ainsi, votre humeur sera durablement améliorée.

7. PERDRE DU POIDS

Pour finir, les repas crus ont l’avantage d’apporter plus de fibres et de nécessiter une mastication plus longue. Ainsi, ils permettent une sensation de satiété plus rapide et ainsi vous mangerez en moins grande quantité.

MON EXPÉRIENCE – LES BÉNÉFICES RESSENTIS 

Suite au diagnostic de ma fibromyalgie pendant l’été 2016, voyant que la médecine traditionnelle n’a pas l’air de pouvoir répondre à mon mal autrement qu’à coup d’anti-douleurs et anti-dépresseurs, je commence à chercher en ligne des solutions alternatives et des témoignages de personnes fibromyalgiques ayant réussi à améliorer leur état de manière naturelle.

Au cours de mes recherches, il est très souvent question de “manger cru”, de “crudivorisme” ou d”alimentation vivante”… Dis comme ça, le principe me semble quand même très étrange, mais bon… Au vue de l’ampleur que cette tendance a l’air de prendre en ligne, je décide de pousser les recherches !

A LA DÉCOUVERTE DU CRU

C’est alors que je tombe sur un nombre impressionnant de témoignages de personnes qui ont retrouvé la santé grâce au cru.

Ma première réaction ? Certainement la même que la votre. “Euuuh.. okay ? Mais encore ? Soigner un cancer en buvant du jus ? sérieusement ? ». Bien qu’un peu dubitative, je passe vite de l’intrigue à l’intérêt profond. Plus je visionne des témoignages, plus les explications me semblent loin d’être illogiques. Je n’en reste pas là..  certains affirment s’être sorti de dépression, avoir guéri des cancers en phase terminale, leur arthrose, ou encore des états de douleurs chroniques … Je tombe notamment sur les vidéos d’un personnage incontournable de l’alimentation crue : Thierry Casasnovas. Plus ses explications défilent, plus tout ça me paraît tellement logique. Alors pourquoi ne pas essayer ? Je suis à Los Angeles et la mode est à la détox, les petits bar à jus ont envahis les rues de la ville, la chance est avec moi ! 🙂

C’est au cours de ces mêmes recherches que j’apprends l’existence du fameux « régime » Seignalet qui se base également en partie sur les principes de l’alimentation vivante ( cuissons basse température). En plus de manger majoritairement cru ou peu cuit, ce régime interdit le gluten, le maïs, les produits laitiers et le sucre blanc ! Son taux de réussite indiqué pour la fibro est de 7 sur 10. Ok, je me lance !

Bref, je pense que ce qui m’a le plus convaincu à essayer l’alimentation vivante a été le fait qu’un grand nombre personnes de par le Monde (médecins comme patients) vantent  les bienfaits du cru. Il doit bien y avoir une raison pour qu’ils s’acharnent tous à boire des jus verts, non ?

LA MISE EN PRATIQUE + BIENFAITS 

Dès le lendemain, donc, je commence le régime Seignalet et dis au revoir au gluten, aux produits laitiers, au sucre blanc, à toutes les cuissons trop fortes. J’essaye aussi d’introduire petit à petit le cru, dans mon alimentation. Au début je consomme surtout des jus de fruits et légumes pressés à froid, qui ne demandent aucune digestion et sont donc plus facilement supporté par le système digestif (si faible soit-il).

Au bout de quelques semaines, et après être passé pendant quelques jours par une crise de détox (forts vertiges, mal de tête, douleurs accentuées), je ressens déjà les bienfaits: je dors beaucoup mieux, j’ai enfin retrouvé une clarté d’esprit. La fibro me procurait jusque là une sensation de flou mental et des difficultés de concentration. Les douleurs sont moins fortes et même si j’ai encore du mal avec le goût de jus verts, je commence à aimer leurs effets ! 😉

Puis, au bout d’un mois, j’ajoute des crudités par ci par là. Dès que ma digestion se complique, je diminue, j’attends. Je m’écoute beaucoup pour être sûre de ne pas faire pire que mieux. J’ai retrouvé une énergie que j’avais perdue depuis longtemps! Je ne pars plus en état comateux après les repas et les symptômes de la fibro continuent de s’atténuer. (Pour ceux que ça intéresse, j’ai fait un article complet qui résume mois après mois l’amélioration de ma fibromyalgie grâce au régime seignalet)

Au bout de 3 mois, les douleurs ont bien diminués et je n’en reviens pas de l’énergie que j’ai à présent. Je continue de boire des jus pressées,  chaque matin maintenant. C’est devenu une habitude et j’apprécie de plus en plus. Je mange environ 30-40% cru.

Au bout de 6 mois de régime Seignalet, je mange 50% cru. Je bois beaucoup de smoothies et mange pas mal de fruits et crudités, pousses d’épinards, chou kale. Les douleurs ont disparues mais il reste des raideurs et tensions au niveau des tendons. J’ai l’impression que mes tendons sont en bois. Le printemps arrive et c’est une bonne chose ! Les températures augmentent et mon corps sera plus à même de consommer encore plus de cru sans se refroidir. J’entreprends alors deux cures de 100% cru :

  • la 1ère en Avril : 3 jours de smoothies (de fruits et légumes crus et bio, résumée ici)
  • la 2ème en Mai : 10 jours de smoothies et fruits à croquer.

Ces deux périodes de cures de 100% cru et majoritairement liquide (zéro digestion) me permettent de me débarrasser d’une bonne partie des derniers symptômes ! J’ai de l’énergie, je vais au sport et j’en ressors avec une impression de RESET, de nettoyage complet, de remise à zéro … Un bonheur ! 😀

Au bout de 9 mois, l’été 2017 arrive, le cru occupe alors 70% de mon alimentation. Suite aux bienfaits des cures de smoothies précédentes, je me motive pour faire 1 mois détox 100% cru en Juillet, uniquement de fruits et légumes bio. J’ai une énergie de folie, ma digestion est au top et les douleurs et raideurs sont inexistantes pendant ces 3 semaines. En revanche, j’ai très froid et je sens que mon corps a besoin de chaleur. Au bout de 3 semaines, je décide de ralentir et d’intégrer un diner chaud. Les légumes cuits le soir me permettent d’aller mieux.

LES LIMITES (PRÉCAUTIONS A PRENDRE)

Voila, donc à côté de tous ces aspects HYPER positifs que m’a apporté l’alimentation vivante, j’ai appris avec l’expérience à moduler mon utilisation du cru.

Je pense que le cru ne convient pas de la même manière à tous les métabolismes. Certaines personnes auront aucun mal à consommer 100% cru sur de longues périodes, personnellement cela ne me convient pas. En effet, mes périodes de cru trop intenses me procuraient des frissons et une difficulté constante à me réchauffer (même en été). L’alimentation cru a également accru ma rétention d’eau. Avec du recul, j’ai compris que mon métabolisme supporte un peu de cru ça et là, mais n’est pas fait (sur le long terme) pour une alimentation majoritairement cru.

Une chose importante à savoir : certains systèmes digestifs particulièrement faibles ne supporteront pas le cru, surtout à haute dose du jour au lendemain. Il est donc important d’intégrer le cru petit à petit pour ne brusquer son organisme. Il faut aussi être a l’écoute de ses sensations, pour savoir comment le corps s’y fait. Il est également recommandé de commencer beaucoup de boissons chaudes types tisanes etc pour ne pas trop refroidir l’organisme lorsque l’on mange majoritairement cru.

BILAN 1 AN ET DEMI PLUS TARD

1 an et demi plus tard, voici ce que j’en retiens :

  • L’alimentation vivante a vraiment été un puissant remède qui m’a aidé à accélérer mon retour vers la santé et retrouver rapidement l’énergie et le courage de me battre contre la douleur ! Je le conseille à toutes les personnes qui cherchent à retrouver rapidement la santé et l’énergie, ou qui tardent à voir des améliorations de leur état de santé malgré une approche saine et globale de guérison.
  • J’essaye de continuer à consommer une quantité significative de cru (entre 30 et 70% selon les saisons). En hiver, par exemple, je diminue énormément ma part de cru pour éviter de trop refroidir mon organisme.
  • Peu importe la saison, j’accompagne toujours le cru d’une tisane pendant ou en fin de repas, pour ne pas trop refroidir mon organisme.
  • Comme dans toute pratique, il est important de ne pas tomber dans les extrêmes. Le cru a beaucoup de bienfaits, mais comme tout, peu être nocif s’il engendre une trop grande frustration où que l’on n’écoute pas assez son corps.
  • Pour ma part, consommer plus de cru m’a apporté un regain d’énergie assez incroyable (j’ai eu des périodes à 80% de cru lors de cette dernière année) et a permis à mon corps d’intensifier le processus de détox entrepris pour soigner la fibromyalgie.

CONCLUSION

Le cru est un des facteurs qui m’a permis durant cette dernière année retrouver la santé et de ne plus souffrir de douleurs chroniques. C’est un outil incontournable à utiliser, si votre corps le supporte. Je recommande donc à toutes les personnes souffrant de fibromyalgie ou toute autre pathologie inflammatoire chronique de se renseigner concernant l’alimentation vivante.

De manière générale, je pense que consommer régulièrement des aliments non transformés, crus et bio est une démarche de santé préventive que même les mieux portants devraient considérer. Pour ce qui est des cuissons à forte température (grillade, friture) il a été prouvé maintenant depuis longtemps qu’elles sont une cause de développement d’un certain nombre de maladies.

Cet article est un peu long, mais cela fait longtemps que j’ai envie de m’exprimer sur le sujet. Le fait d’avoir tester cette méthode douce m’a permis d’en expérimenter les bienfaits comme les limites. J’espère que cela sensibilisera un certain nombre de personnes et que mon expérience vous aidera !

Et vous, quelle a été votre expérience du cru ?

Tres belle journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s